médailles et décorations

Médailles et décorations

.

tableau médailles militaires.

Croix du combattant croix du combattant 14 18

Les Poilus de la Grande Guerre ont voulu faire reconnaître par la nation
un statut particulier à ceux qui avaient participé aux durs combats de 1914-1918.

La décoration fut créée par la loi du 28 juin 1930.

Elle a la forme d’une croix de Malte aux branches reliées par une couronne de lauriers.
Le médaillon central porte la mention République française avec
une effigie de la République coiffée d’un casque lauré.
Au revers un glaive est surmonté de rayons avec la mention croix du combattant.

Ruban bleu à rayures verticales rouges.

Croix de Guerre 1914/1918

Afin de récompenser les personnes ayant reçu une citation à l’ordre. croix de guerre

Il peut y avoir sur le ruban :
– 1 étoile de bronze, pour citation à l’ordre du régiment
– 1 étoile d’argent pour citation à l’ordre de la division

– 1 étoile de vermeil pour citation à l’ordre du corps d’armée
– 1 palme en bronze pour 3 citations, en argent pour 5 citations.

Au 1er mars 1920, le ministère de la Guerre estimait à 2 055 000
le nombre de citations attribuées aux combattants des armées
françaises et alliées.

Mais ce chiffre ne tient pas compte des citations à titre posthume
et des Croix de guerre avec palme accompagnant d’office la
Légion d’honneur et la Médaille militaire.

La légion d’Honneur Chevalier Légion dhonneur

Médaille demandée par Bonaparte en 1802 pour récompenser
les militaires et civils pour des services rendus à la nation.
Elle a été donnée aux officiers, sous officiers, mais aussi aux
hommes de troupe pour leurs nombreux actes d’héroïsme
durant la première guerre. Certains soldats, ou civils, peuvent
recevoir à titre posthume cette décoration suite au décret d’octobre 1918.

Il existe actuellement cinq grades :
– Chevalier,
– Officier,
– Commandeur,
– Grand Officier,
– Grand-Croix.

Médaille militaire medaille militaire

Elle fut instituée par Louis-Napoléon Bonaparte par décret en 1852,
afin de récompenser les soldats dont les noms auraient été :

– Cités à l’ordre de la nation.

– Pour les combattants ayant reçu une ou plusieurs blessures.

– Pour ceux qui se seraient signalés par un acte de courage.

La décoration d’un diamètre de 28 mm, est en argent et porte
à l’avers l’effigie de la république avec inscrit : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE
et au revers : VALEUR ET DISCIPLINE.
C’est pendant la grande guerre que celle-ci devient la grande
récompense nationale, après la légion d’
Honneur.

Médaille des blessés militaires médaille des blessés

Décoration militaire française.

Elle récompense les blessures reçues dans l’accomplissement du devoir.

L’insigne des blessés est, selon la loi de 1916, une étoile émaillée
rouge portée sur le ruban de la médaille commémorative du
conflit au cours duquel la blessure a été reçue.

Les « citation à l’ordre » : du bataillon, de la brigade, de la division
ou du régiment, sont des témoignages écrits, dans les communiqués,
les états de service et les livrets militaires.

Médaille commémorative de la guerre 1914-1918 médaille commémorative 14 18

Créée par la loi du 23 juin 1920, elle est accordée à tout
militaire entre le 2 août 1914 et 11 novembre 1918.
Elle est également accordée aux civils ayant servi
entre ces mêmes dates aux armées ou à l’intérieur.

La médaille est ronde, en bronze. Sur l’envers, une effigie symbolique,
un profil d’un relief jeune, énergique et grave représente la France casquée,
une Minerve moderne, la main tenant un glaive antique
au-dessous de la garde en croix.

Au revers sont gravés les mots « République française »
sur un champ circulaire, semé de feuilles de chêne et de laurier.

Au centre figure l’inscription commémorative « Grande Guerre 1914-1918 ».

Médaille commémorative interalliée

Cette médaille interalliée commémorative de la première guerre mondiale, médaille commémorative interalliée
dite « Médaille de la Victoire » a été créée par la loi du 20 juillet 1922.

Sont concernés par cette médaille tous les militaires ayant servi
entre le 2 août 1914 et le 11 novembre 1918, les infirmières et infirmiers civils,
les étrangers (civils ou militaires) ayant servi directement sous les ordres du
commandement français, les maréchaux et généraux, les prisonniers de
guerre ainsi que les Alsaciens Lorrains engagés volontaires et à ceux
qui peuvent justifier avoir déserté les rangs allemands.

L’article 10 de la loi de 1920 précise que :
« Le droit de la médaille est également acquis aux militaires qui ont été
tués à l’ennemi ou qui sont morts des suites de blessure de guerre (…)
et à ceux qui sont morts de maladies ou blessures contractées en service ».

médaille du maroc

Médaille commémorative du Maroc

Récompensait les militaires, marins, indigènes, les personnels de la Marine,
les fonctionnaires civils ainsi que les personnels des sociétés de secours
aux blessés militaires ayant pris part aux opérations militaires
sur tout le territoire
marocain.

Les opérations effectuées en 1915, puis de 1925 à 1926
furent récompensées par l’attribution de la
Médaille coloniale
avec les agrafes « Maroc 1915 »

Médaille commémorative d’Orient médaille d'orient

Créée par la loi du 15 juin 1926, elle était décernée aux
militaires qui formèrent l’armée d’Orient de 1916 à 1918.

Celle-ci, en septembre 1918, provoqua l’effondrement du
front germano-bulgare, vainquit la Bulgarie, reconquit la Serbie et
la Roumanie, envahit la Hongrie.

Médaille commémorative Roumaine de la Guerre 1916-1918

Créée en juillet 1918, elle est attribuée aux militaires et aux civils,
roumains et étrangers, qui ont participé à la Première Guerre mondiale
(ou Guerre de l’unité nationale) dans les rangs ou en relation avec l’armée roumaine.

Médaille commémorative de Serbie

Elle est attribuée à tous ceux, Serbes et étrangers, qui ont servi les
intérêts du pays en ces moments difficiles, à titre civil comme militaire.
Elle a été largement attribuée aux Français.
C’est une médaille en bronze suspendue à un ruban triangulaire aux couleurs nationales.

.

galon3184

Les Montbazinois « Morts pour la France »

Les Montbazinois combattants, revenus dans leurs foyers à la fin de la guerre

Faits héroïques de combattants Montbazinois

Et Montbazin, pendant cette terrible épreuve